Compte-rendu de la séance 2 : Lecteurs et lectrices au XIXe siècle

En premier lieu, la prochaine réunion du groupe de recherche est fixée au 19 juin de 17h30 à 19h au Centre de recherche sur la littérature du XIXe siècle (en Sorbonne). Nous nous intéresserons à la problématique suivante : “L’objet-livre en question”. A la différence des séances précédentes, cette séance ne s’organisera pas autour de communications sur des thèmes préétablis mais consistera en un débat entre les participants à partir de textes et de documents de travail apportés par chacun, lequel sera suivi d’une synthèse collective.
 
Par ailleurs, nous vous invitons à prendre connaissance ci-dessous du compte-rendu de la réunion de travail du 22 mai.
 

Séance 2 : Lecteurs et lectrices au XIXe siècle

Centre de recherche sur la littérature du XIXe siècle – 7 mai 2019 – 17h00-19h00

Réunion présidée par G. Lansen et Y. Jeong

 

(Auguste Renoir, La liseuse, entre 1874 et 1876, huile sur toile H. 46,5 ; L. 38,5 cm. musée d’Orsay, Paris, France ©photo musée d’Orsay)

 

1. Présentation du groupe de recherche et accueil des nouveaux arrivants

2. Méthodologie de l’inventaire de la bibliothèque du Centre de recherche sur la littérature du XIXe siècle

Au cours de la première partie de la séance, nous avons fixé les modalités d’effectuation de l’inventaire des ressources documentaires du Centre de recherche afin que les membres du groupe puissent l’entreprendre de façon autonome :

  • Aspect logistique
    • Quadrillage de la bibliothèque reporté sur une fiche de suivi
    • Classification par ordre de priorité
      1. Ouvrages
      2. Mémoires et thèses
      3. Archives et documents de travail
    • Gestion et suivi du projet
      1. Carnet d’inventaire
      2. Fichiers en ligne pour suivre l’avancée du projet
    • Constitution d’un groupe de discussion via l’application Whatsapp pour faciliter l’organisation de sessions de travail
  • Outil informatique
    • Utilisation du logiciel Zotero : installation et présentation. Pour toute information complémentaire, nous renvoyons aux tutoriels suivants :

    • Traitement des ouvrages : pour chaque livre, nous rechercherons sa notice sur le site Sudoc (http://www.sudoc.abes.fr) et l’intégrerons dans l’un des deux répertoires “CRL19 – fonds Ascoli” ou “CRL19 – fonds propres”.
      1. Recherche de la notice
        • Par l’ISBN (le cas échéant)
        • Par le titre
      2. Enregistrement de l’ouvrage via Zotero dans l’un des deux répertoires indiqués :
        • S’il s’agit d’un ouvrage du fonds Ascoli (identifié par une côte) : vérifier qu’il est référencé dans le catalogue Sudoc et réputé présent dans la “PARIS-BSU-UFR Litt. fr. et comp.”, puis l’enregistrer dans “CRL19 – Fonds Ascoli”. Ne pas oublier de noter sa côte dans l’onglet Zotero correspondant et d’inscrire la mention “CRL19” dans l’onglet “Extra”.
        • S’il s’agit d’un ouvrage du fonds propre, l’enregistrer dans “CRL19 – Fonds propre”.
    • Les données collectées par chaque groupe seront réunies au fur et à mesure dans un fichier Zotero unique (transférable et imprimable).

3. Les “lectrices sentimentales” (Greta Lansen)

La notion de “lectrice sentimentale” ou de “lectrice romanesque” soulève des questions fondamentales : pourquoi la lecture serait-elle différente pour l’un et l’autre sexe ? Fait-elle réellement l’objet d’une représentation différenciée ? Y a-t-il une lecture féminine, et si oui, est-ce qu’elle se construit autour de l’objet de la lecture ou de la manière de lire ?

La notion de lectrice sentimentale est étroitement liée au contexte socio-historique du XIXe siècle et doit être mise en relation avec le développement du livre, en particulier du roman. L’expansion du marché littéraire au XIXe siècle induit la création d’une véritable “sous-culture féminine”. Le champ littéraire se transforme en effet de manière significative avec l’augmentation du nombre de lecteurs dont font partie les femmes bourgeoises assez aisées pour avoir du temps de loisir. C’est bien à cette fraction du lectorat que les éditeurs destinent les romans populaires et sentimentaux – bien que les femmes n’en soient pas les seules consommatrices. Cette réduction du lectorat des romans au public féminin participe des préjugés dominants sur le rôle de la femme et sur ses capacités intellectuelles. Les “lectrices sentimentales” illustrent cette fureur de lire, ce “narcotique”, comme l’appelle Fichte : elles représentent une lecture naïve, quasi pubertaire et souvent destinée à fuir le réel. La femme lisante du XIXe siècle est systématiquement associée au stéréotype de la lectrice sentimentale, éternelle consommatrice d’ouvrages légers, or ce préjugé est encore perceptible au XXe siècle et même de nos jours.

La communication était accompagnée d’une sélection de représentations d’époque illustrant chacun des points abordés.

4. “Figures de lecteur et de lectrice chez Stendhal, Balzac et Flaubert” (Yeon Jeong)

Yeon Jeong a proposé quelques pistes de réflexion autour des figures de lecteur et de lectrice dans certains romans de Stendhal, Balzac et Flaubert.

    • Lecture masculine, lecture féminine ?

La bibliothèque des personnages lecteurs est bien différente de celle des personnages lectrices. Les lecteurs semblent privilégier les genres non romanesques ; leur appréciation des œuvres littéraires se partage par ailleurs entre deux versants : un versant pragmatique, tourné vers l’action, et un versant esthétique, portant à l’introspection. L’on relèvera le fait, singulier, que la lecture esthétique d’un ouvrage tend à révéler, chez son auteur, la part du féminin.

La lecture des personnages lectrices se limite généralement aux romans. Nombreuses sont les œuvres romanesques évoquées, Paul et Virginie en tête. Certaines lectrices goûtent cependant les genres non romanesques, – lecture qui révèle chez elles la part du masculin.

Se manifeste ici le rapport étroit entre l’acte de lecture et le genre du personnage, comme si la pratique de la lecture et son objet même informaient l’identité de chacun, le butinage dans les lectures prévues pour l’autre sexe devenant ainsi un phénomène pathologique allant jusqu’à troubler le genre des personnages.

    • Identification et imitation, entre le fictif et le réel

Les personnages s’identifient avec le protagoniste d’une œuvre littéraire qu’ils tentent d’imiter dans la vie réelle. On observe ici de nouveau une dichotomie entre les lecteurs et les lectrices : les lecteurs prennent pour modèle des personnes réelles, souvent illustres, tandis que les lectrices ont tendance à s’identifier avec des personnages fictifs. Il ne s’agit pas pour elles de prendre pour modèle des personnages réels pour tenter de les incarner dans le monde, mais de plonger dans un monde livresque par le truchement d’un personnage dans lequel elles croient se reconnaître.

En outre, les livres, objets de lecture, sont aussi des clés de lecture en ce qu’ils permettent de déchiffrer leurs lecteurs. Tel ou tel personnage s’éclaire par ses lectures : les livres dévoilent sa personnalité tout en montrant ce qu’est un personnage. Ce dévoilement est gage d’authenticité : il met au jour l’envers caché du personnage. Parfois cependant, les livres servent de déguisement à ceux qui veulent se dissimuler, participant au recouvrement d’une identité à laquelle ils prennent part.

  •  Livres, source d’un héroïsme impossible ou d’un héroïsme imaginaire

Un phénomène particulièrement aisé à repérer chez les protagonistes, surtout masculins, est l’héroïsme anachronique. Mus par l’ambition, ils tâchent d’appliquer les leçons qu’ils tirent de leurs lectures dans le réel où ils livrent leurs batailles, or cette transposition n’est pas toujours efficiente : le protagoniste voit démentis tous ses pronostics, basés sur ses lectures, pour s’être laissé leurrer et avoir fait une mauvaise « lecture » du monde.

D’autres, percevant leur vie comme un roman, veulent en devenir le héros : cet héroïsme imaginaire se manifeste dans la sphère intime et littéraire après avoir quitté les champs de bataille. En donnant à “héros” le sens de personnage principal, on admettra qu’il s’agit pour eux d’affirmer leur statut de protagoniste du récit qu’est leur vie, en rédigeant leur propre roman.

Qu’en est-il des lectrices ? Quel genre d’héroïsme incarnent-elles ? On se contentera pour l’instant d’émettre des hypothèses en rapport avec la curiosité, le désir de savoir – refoulés cependant dans la sphère intérieure – qui semblent avoir fonctionné comme des moteurs vitaux, leur donnant la force de faire un pas en avant.

  • Résumé des interventions

5. Validation du prochain axe de recherche (“l’objet-livre”) et clôture de la séance.

Compte-rendu de la séance 1 : Pratique et imaginaire des lieux de  lecture au XIXe siècle

En premier lieu, nous signalons que la prochaine réunion du groupe de recherche aura lieu le 22 mai de 17h à 19h au Centre de recherche sur la littérature du XIXe siècle (en Sorbonne)  et portera sur le sujet suivant : “Lecteurs et lectrices au XIXe siècle”. Nous aurons le plaisir d’entendre deux communications :

  • « Lecteurs et lectrices (Stendhal, Balzac et Flaubert)”
  • « Lectrices sentimentales »

Vous trouverez ci-dessous le compte-rendu de la réunion de lancement du 7 mai.

 

Séance 1 : Pratique et imaginaire des lieux de  lecture au XIXe siècle

salle 001 – 7 mai 2019 – 17h30-19h00

Réunion dirigée par J. Mascart et R. Arcémisbéhère

 

  1. Présentation du groupe de recherche et accueil des nouveaux arrivants
  1. Projet d’inventaire de la bibliothèque du centre de recherche sur la littérature du XIXe siècle
    • Enthousiasme autour de ce projet qui permettra la valorisation du fonds et une plus grande accessibilité du site dans un contexte un peu compliqué pour les bibliothèques
    • Histoire de ce fonds : accumulation de documents et archives au cours du temps jamais inventoriés – malgré différentes démarches entreprises dans ce sens
    • Ce fonds se compose de trois parties distinctes requérant chacun une méthodologie spécifique
      • Fonds Ascoli  : ces ouvrages pourvus  d’une côte appartiennent à la bibliothèque Ascoli et sont référencés dans le catalogue du Sudoc : n’étant pas présents sur place, leur demande ne peut aboutir (ils sont alors réputés absents). Il devrait néanmoins être possible de collecter les notices de ces ouvrages via Zotero pour les communiquer au bibliothécaire d’Ascoli.
      • Fonds propre : issu des dons des enseignants,  non référencé, comprend notamment  fonds Huysmans (dépôt de M. Guyaux pour la Société Huysmans)
      • Travaux de recherche : mémoires et thèses

S’ajoute à cela, un local que nous avons découvert lors de nos recherches où a été déposée une autre partie du fonds Ascoli contenant archives (documents de travail d’anciens professeurs), des revues scientifiques et des journaux d’époque (fin du XIXe siècle). L’inventaire de ce dépôt pourrait être entrepris à la suite de celui du centre.

Nous planifions que lors de la séance du 22 mai, qui se déroulera au centre de recherche,l’on s’emploiera dans un premer temps à préciser la méthodologie

  • Mise en place de groupes d’au moins 2 personnes pour des sessions d’inventaire (2h/session)
  • Prise en main des outils numériques (Sudoc; Zotero). Il conviendra, tout au long de notre projet, de documenter notre travail afin de pouvoir en rendre compte dans le cadre d’un séminaire ou autre.
  1. Communication de Juliette Mascart : La Restauration, âge d’or des cabinets de lecture

Juliette Mascart a interrogé  les lieux et pratiques de lecture dans le premier XIXe siècle. Son propos portait plus particulièrement sur une institution qui fleurit sous la Restauration : le cabinet de lecture, produit d’une conjoncture particulière de l’économie de l’imprimé dont il fut, durant cette période, un acteur déterminant. Sa période d’étude s’étend donc de la fin de l’Empire à 1836, année de la fondation de la Presse par Émile de Girardin qui révolutionne l’offre des périodiques et amorce le déclin des cabinets de lecture.

Sa communication consistait dans le rapide examen de la vogue des cabinets de lecture sous la Restauration, sous l’angle économique, socio-politique et esthétique.

  • Quand l’imprimé devient un objet de consommation courante
      • Lecture privée
      • Lecture publique
  • Différents modes de consommation
      • Un établissement de la bourgeoisie montante
      • Une offre indexée sur les usages du temps : journaux et romans
  • Une nouvelle économie de l’écrit

Questions et discussion

  • La place des femmes dans les cabinets de lecture : parallélisme avec l’Allemagne, nécessité de l’autorisation du mari; dans le cas de la domesticité, biais à prendre en compte (femme de chambre envoyées en ces lieux par la maitresse de maison ou la fille de famille pour se procurer certains livres). Mention de certains passages de Madame Bovary, de Northanger Abbey de Jane Austen.
  • Quels aspects? La forme d’une bibliothèque pour les plus luxueux, (la salle de lecture), mais le plus souvent un fond de boutique. Il n’ y a pas  forcément d’endroit pour s’asseoir, rarement pour étudier. Concernant les salons de lecture : il s’agit d’une annexe luxueuse, souvent la succursale d’une librairie (cas de Galignani).
  • Différence Paris / Province : nécessité de l’autorisation du préfet  pour ouvrir un cabinet de lecture, il s’agit peut-être d’un levier pour effectuer des recherches sur le sujet
  • Remarques sur le taux d’alphabétisation au début du XIXe siècle, et sur la pratique des lectures collectives

 

  1. Communication de Rémy Arcemisbéhère : Imaginaire et pratique de la bibliothèque : le cas de Gérard de Nerval

R. Arcemisbéhère a proposé une étude complémentaire à celle de J. Mascart : il a ainsi proposé de s’interroger sur la bibliothèque au XIXe siècle à travers une étude de cas : celle de l’oeuvre de Gérard de Nerval, écrivain traducteur français du XIXe siècle associé au mouvement romantique

R. Arcemisbéhère a évoqué ses travaux de recherche concernant le travail préparatoire de l’écrivain et de ses lectures. Il s’est appuyé sur des matériaux proprement génétiques afin de saisir ce que Nerval a véritablement lu (en effet Nerval sait admirablement parler des livres qu’il n’a pas lus), il a également interrogé la mise en scène de ces pratiques car Nerval se met régulièrement en scène arpentant les bibliothèques à Paris, dans le Valois, à Vienne et en Egypte. 

  • Nerval à la bibliothèque royale : fantasmes et usages du livre
  • Nerval lecteur en Egypte : la bibliothèque et le monde
  • Une bibliothèque mythique : la bibliothèque d’Alexandrie et le Sarapéon

Questions et discussion

  • L’imaginaire de la bibliothèque : Calvino
  • Bibliothèque parfaite ou imparfaite : l’aspect lacunaire au fondement de l’imaginaire de la bibliothèque au XIXe siècle. A rapprocher de l’éthique humaniste.
  • Lien avec le pouvoir et le sacré
  • Critique de la spécialisation : refus de la figure du rat de bibliothèque. Ambiguité de la figure de l’érudit et de la quête du savoir
  • L’objet livre : Illusions perdues (Balzac) et Bibliomanie (Nodier). La figure du collectionneur.

 

  1. Clôture

Proposition d’une séance sur le livre au XIXe siècle (bibliophilie et bibliomanie)

 

2ème réunion d’ErudiXIX (le 7 mai à 17h, salle 001, Maison de la Recherche)

La 2ème réunion du groupe ErudiXIX aura lieu le 7 mai de 17h à 19h à en salle 001 de la Maison de la Recherche.

A l’ordre du jour :

  • Présentation du projet d’inventaire de la Bibliothèque du centre de recherche sur la littérature du XIXe siècle
  • “Les cabinets de lecture au XIXe siècle” par Juliette Mascart
  • “Imaginaire et pratiques de la bibliothèque : le cas de Gérard de Nerval”, par Rémy Arcemisbéhère

Nous vous attendons nombreux!

Compte-rendu de la réunion de lancement et date des prochaines réunions

Lors de la réunion de lancement du projet ErudiXIX, nous avons fixé les dates et les sujets des prochaines réunions. Notre calendrier pour les mois à venir est le suivant :

  • Le 7 mai de 17h30 à 19h30 et salle 001 : Lieux et pratiques de lecture au XIXe siècle
  • Le 22 mai de 17h30 à 19h30 et salle D117 : Lecteurs et lectrices au XIXe siècle

Vous trouverez ci-dessous le compte-rendu de la réunion de lancement du 7 avril.

 

Réunion de lancement du projet ErudiXIX

D117 – 3 avril 2019 – 16-h30

Réunion dirigée par J. Mascart et R. Arcémisbéhère

 

  1. Accueil des participants

Accueil et présentation des présents

Diversité des thèmes de recherche et point commun d’un rapport à la lecture

 

  1. Présentation des axes de recherche
  • Nom et objectif du projet
    • Le nom du projet ErudiXIX est un mot valise composé de « érudit » et de XIX : nous avons voulu signifier ainsi nos préoccupations : la lecture au XIXe siècle
    • Remarquons aussi que ce nom ne fonctionne qu’à l’écrit : il faut voir le mot écrit (avec les majuscules) pour voir apparaître, en chiffres romains, le nom de notre siècle. Preuve s’il en fallait que notre sujet de recherche, à ErudiXIX, c’est la lecture
    • ErudiXIX est donc un projet qui cherche à répondre à une question simple : que doivent les œuvres du XIXe siècle aux lectures de leurs écrivains ?
      • C’est un sujet qui nous rassemble tous : quelques soit le genre, le mouvement, l’époque concernée, tous nos auteurs / artistes sont avant tout des lecteurs
      • C’est aussi une des traditions de notre université : en effet, la Sorbonne (quelques soient ses noms successifs) est associée à la méthode philologique (c’est-à-dire la recherche des sources), même à l’époque où triomphait le structuralisme, qui considérait l’œuvre comme un système clos (pour le dire rapidement).
      • Nous pensons que nous avons tous des questionnements communs autour de ce XIXe lecteur :Quelles modalités de lecture apparaissent en ce siècle où les progrès de l’imprimerie et l’essor du marché de l’édition entraînent des mutations notables quant à l’économie de la presse (tout ouvrage imprimé : livres, journaux…) ? Qu’induit l’inscription inédite des périodiques dans le quotidien en termes d’habitudes de lecture, et, le cas échéant, de procédés créatifs ? Quelles sont les institutions qui se rapportent à la lecture ? Quel type de services proposent-elles ? Par qui sont-elles fréquentées, et pourquoi ?

En somme, nous voulons créer des synergies autour d’un objet qui nous concerne tous.

  • Pourquoi si ce sujet nous préoccupe tous à ce point, ne pas l’élargir aux autres siècles ? Deux éléments de réponse
    • Les autres siècles littéraires bénéficient déjà de groupes de recherches performants auxquels nous ne voulons pas faire concurrence alors que les doctorants qui travaillent sur le XIXe siècle peinent à se fédérer et à trouver des espaces de dialogue
    • Mais surtout, pour nous, le XIXe lecteur est particulier. C’est à ce siècle que s’effectue un changement de paradigme important :
      • Serge Zenkine auteur de L’Expérience du relatif. Le Romantisme et l’idée de culture considère le Romantisme comme une crise dans le champ culturel, elle-même conditionnée par les bouleversements sociopolitiques de la Révolution. Ce passage se définit précisément par le fait que la culture prend progressivement conscience d’elle-même : la culture n’est plus considérée comme un résultat, mais comme un acte volontaire, qui peut être artistique ou littéraire : « la culture romantique hautement autoréflexive, elle est venue par la pratique des œuvres à prendre conscience de sa pluralité »
      • Avec le Romantisme, et plus généralement au XIXe siècle, les écrivains se sont vus lisant, ils ont pris conscience de cette part hautement réflexive de l’activité littéraire et l’ont interrogée et mise en scène.
    • C’est cet aspect de la lecture au XIXe siècle que nous voulons mettre en avant : il ne s’agit pas seulement de relever des sources et des lectures (ambition qui a elle seule justifierait notre projet), mais de comprendre comment la lecture s’est amalgamée à ce point à l’écriture au XIXe siècle
      • Ce phénomène est important au point de devenir un objet de représentation littéraire  ! Combien de Julien Sorel, d’Emma Bovary, de bibliothèques et de cabinets de lecture sont représentés dans nos romans
    • Premier axe : l’intertextualité
      • Dans ses premiers développements, chez des auteurs comme Kristeva, Ricœur ou Barthes, elle est un outil définitoire de la littérature
      • Dans ses prolongements des outils d’analyse littéraire : il s’agit en effet de montrer comment un texte s’en approprie d’autres, par exemple à travers les formes de la citation, du collage ou de la parodie (voir Gérard Genette dans Palimpsestes et Antoine Compagnon dans La Seconde Main ou le travail de la citation).
      • A la différence de la critique des sources qui est prisonnière, comme le dit Paul Ricoeur, de « l’illusion de la source » (il s’agit de trouver LA source du texte), l’intertextualité tente de concevoir les liens complexes entre les textes
      • Bref, l’intertextualité tente de concevoir la littérature au second degré, appellation, qui vous en conviendrez, s’applique particulièrement bien à la littérature du XIXe siècle
      • La littérature ne parle-t-elle que de la littérature ? La question reste ouverte. Retenons simplement de la perspective intertextuelle qu’elle donne corps au projet de Valéry : « le critique ne doit pas être lecteur, mais le témoin d’un lecteur »
  • Voilà pour le cadre théorique global, plus dix-neuviémiste sont nos seconds et troisièmes axes, la lecture de la presse et la critique
    • Retenons que la presse change les modes de lecture
    • Concernant la critique: rappelons que le XIXe siècle ne voit pas naître ce discours professionnel, celui-ci est relativement ancien. Il le voit s’accroître dans des proportions exceptionnelles grâce au développement de la presse. Retenons deux points :
      • Que la plupart des créateurs sont non seulement lecteurs de la critique mais aussi les auteurs d’une critique abondante.
        • que ce soit par nécessité économique, l’activité littéraire ne suffisant pas toujours à faire vivre nos écrivains (Nerval, Gautier, le Lamartine des dernières années, qui ruiné, se voit contraint de publier un Cours familier de littérature)
        • ou que ce soit pour participer aux débats littéraires contemporains : sur le drame romantique, sur le roman (réaliste), etc.
      • La critique journalistique est alors en voie d’institutionnalisation, et peut à ce titre être perçue par certains comme concurrente à la littérature elle-même : Jules Janin écrit ainsi « La critique remplace toute la poésie quand toute poésie est éteinte ; la critique, dans les époques de transition, tient lieu fort bien de tout ce qui n’est plus, de ce qui n’est pas encore. La critique alors, c’est tout le poème, c’est tout le drame ». Ce qui ne manque pas d’attirer les foudres de certains de nos écrivains.
      • J’ajoute que la critique d’art peut naturellement s’inviter au débat, dans la mesure où elle s’implique dans une relation à la lecture et à l’écriture

Enfin, concluons ce balayage de l’horizon de recherche qui nous est offert en enfonçant des portes ouvertes : notre travail de spécialistes de la littérature du XIXe siècle n’est pas coupé du présent du monde : en effet, de notre point de vue, nous vivons toujours sous le paradigme culturel inventé par les Romantiques qui repose sur cette idée de réflexivité et de prédicat de la lecture au sein des arts. L’élucider, c’est un peu élucider notre monde…

 

  1. Développement des outils collaboratifs

 L’une des missions d’ErudiXiX est d’encourager les échanges entre les doctorants dix-neuvémistes et de mettre en place des outils collaboratifs afin de faciliter leurs recherches.

A/ Elaboration d’un répertoire des doctorants dix-neuviémistes

Cela permettra en premier lieu aux doctorants travaillant sur des domaines identiques ou connexes de se mettre en rapport les uns avec les autres et de s’informer mutuellement de la teneur et de l’avancée de leurs travaux.

  • Une identification pertinente du (ou des) domaine(s) de recherche de chacun permettra au besoin de mutualiser les connaissances et les ressources pour le domaine en question afin d’en proposer une approche plus riche, et plus rigoureuse.

  • Il sera possible de la sorte d’assurer un meilleur relais de l’information, et notamment de diffuser les appels à contributions ou à communication de façon plus efficace, et plus pertinente.
  • Il s’agit de recueillir les noms, sujets de thèse et adresse mail des doctorants dix-neuviémistes afin de faciliter les échanges :

B/ Constitution de groupes de travail collaboratifs

On peut envisager ici la constitution de groupes de travail collaboratifs dont le nom, le(s) domaine(s) de recherche et l’adresse mail commune figureront sur le répertoire ErudiXiX.

  • En proposant des listes bibliographiques thématiques ;
  • En opérant des recensions communes d’ouvrages ;
  • En organisant des veilles documentaires collaboratives sur un sujet déterminé.

C/ Mise en place d’une plateforme d’entraide

Ces groupes de travail pourront alimenter une base de ressources commune :

Les doctorants pourront ainsi échanger des conseils d’ordre bibliographique, méthodologique ou même terminologique (l’emploi de telle ou telle notion n’est pas toujours évident : mieux vaut s’assurer qu’il soit fondé).

  • Il leur sera possible également de demander de l’aide pour la recherche d’une information, ou sa vérification, pour autant que la demande soit motivée et spécifiée avec précision.
  • Il leur sera possible enfin de se renseigner concernant une publication (à quelle revue adresser tel type d’article ?), ou un événement (est-il d’autres participants à tel colloque ? Sait-on à quelle heure M. Untel doit faire sa communication ?)
  • Il s’agirait pour chacun de disposer d’un espace d’échanges où faire part des difficultés qu’il rencontre dans le cadre de ses recherches, et où demander conseil : outre le gain de temps, ici évident, qu’une telle plateforme permettrait de réaliser, elle serait également favorable à une meilleure gestion du stress, l’entraide entre doctorants étant l’un des meilleurs recours en de tels cas. Catalogue des ouvrages consultables à la bibliothèque du Centre de recherche de littérature XIXe siècle (escalier i, 2e étage en Sorbonne).

D/ Elaboration commune d’un fichier permettant de cataloguer l’ensemble des ouvrages

    • Ordre de la procédure à déterminer : par ordre alphabétique, par année de publication, par rayons, par étagères…
    • Chaque session collaborative doit avoir une mission déterminée à l’avance : objectif quantitatif visé et procédure mise en œuvre.
      • Sessions collaboratives de remplissage du fichier
      • Diffusion du catalogue une fois finalisé.
    • Relais des informations en lien avec les recherches menées au sein d’ErudiXiX.
      • Appels à contribution ou à communication ;
      • Evénements ; parutions ; nouvelles publications…
      • Evénements ou informations d’ordre institutionnel…

Il s’agira de partager toute information touchant la vie de la recherche susceptible d’intéresser les membres d’ErudiXiX.

 

  1. Interventions et propositions

Proposition d’intégrer un nouvel axe consacré à la matérialité du livre et des pratiques de lecture. Cette proposition est acceptée. On insistera aussi dans cet axe sur le rapport au temps et à la mémoire afin de mieux cerner les spécificités du XIXe siècle. Ce sera l’occasion d’envisager le livre comme objet de consommation

Un autre axe est proposé : celui de l’identité du lecteur. Celui-ci est accepté. On envisagera en particulier la différence entre lecteurs et lectrices.

Un débat sur l’élargissement du groupe est posé.

  • On évalue la pertinence d’élargir le propos au-delà de la lecture, mais on ne retient pas cette proposition.
  • On envisage la question de l’interdisciplinarité, mais il est fixé qu’on attendra que le groupe se développe pour envisager cette possibilité.
  • On envisage l’ouverture du groupe aux étudiants de Master : la proposition est acceptée. La proposition sera faite par le biais des DR des membres.
  1. Organisation des prochaines séances

Chaque séance sera consacrée à un thème fixé à l’avance et se composera comme il suit :

  • 2 interventions de membre autour du thème
  • Discussion et synthèse autour de ce sujet
  • Réflexion sur le prochain thème

Proposition de date pour les deux prochaines séances : 7 mai et 22 mai. L’horaire est fixé à 17h30 à la Maison de la Recherche

Le sujet des prochaines séances est fixé et les intervenants sont choisis

  • Lieux et pratiques de lecture (7 mai)
  • Lecteurs et lectrices (22 mai)

 

Réunion de lancement du projet ErudiXIX

La réunion de lancement du projet se tiendra à la Maison de la Recherche (28 rue Serpente), dans la salle D117, le 3 avril prochain, à 16h30.

Lors de cette réunion, nous vous présenterons :

  • Les axes de recherche proposés
  • Les outils que nous souhaitons élaborer avec vous

Les propositions que nous vous ferons seront susceptibles d’être infléchies en fonction de vos remarques et de vos avis, qui, nous n’en doutons pas, enrichiront le projet ErudiXIX!

Rémy Arcemisbéhère et Juliette Mascart

ErudiXIX

Ce projet repose sur le constat suivant : les doctorants qui étudient la littérature du XIXe sont nombreux et cependant, la rareté de leur interaction marque un isolement relatif (que l’on ne saurait rapporter à une posture romantique). Cet isolement tient principalement au fait que la recherche sur le XIXème est fragmentée par la très grande richesse de ses objets (auteurs, genres, mouvements).
ErudiXIX souhaite envisager une problématique transversale commune à l’ensemble des auteurs et des œuvres de ce siècle : tous témoignent de sa dimension hautement réflexive. Nos auteurs sont avant tout des lecteurs. Ce critère définitoire nous parait de nature à constituer une base fertile de réflexions et de projets collaboratifs réunissant l’ensemble des dix-neuviémistes.
Pour l’étude de ce thème commun, nous proposons trois axes de réflexion:

  • Presse et journaux
  • Critique littéraire
  • Intertextualité

Nous souhaitons également envisager le thème du XIXème siècle lecteur comme une passerelle entre la littérature et les autres disciplines.


Le groupe de recherche a un double objectif :

  • sur le plan disciplinaire : un séminaire junior organisé par des doctorants s’interroge mensuellement sur les lecteurs faites par les hommes et les femmes du XIXe siècle (points précis de recherche et outils théoriques)
  • sur le plan de la recherche : mettre un place une plate-forme participative pour fédérer les doctorants dix-neuviémistes